Op-Eds

Alors qu’on placote autour du BBQ, une bière à la main, s’amène à l’horizon la tempête parfaite pour troubler notre insouciance : une crise alimentaire mondiale.

Les plus fortunés se scandaliseront du prix du bifteck d’aloyau ou du homard, mais pas assez pour s’en priver. Les autres devront se serrer la ceinture et un nombre grandissant iront le ventre vide.

Cette tempête parfaite est la fille des ouragans que nous connaissons bien : la pandémie, la guerre en Ukraine et le réchauffement climatique.

Il y a assez de nourriture pour tous, mais tous ne peuvent se la payer, surtout quand les prix grimpent en flèche.

Depuis le début de la COVID-19, les prix des céréales sont en hausse de 75 % et celui des huiles…

Pas facile de lâcher le biberon pétrolier qui empoisonne notre planète. Comment concilier la nécessaire décarbonation et la sécurité énergétique ? Et, de surcroît, assurer une transition juste pour les provinces productrices ?

Ces questions n’ont pas de réponses faciles. À raison, les environnementalistes poussent pour un sevrage et une transition rapide vers les énergies renouvelables. Mais les consommateurs sont habiles à rationaliser l’utilité de leur VUS. Et à l’ère du populisme, les gouvernements craignent de les brusquer. Quant aux pétrolières et aux provinces productrices, elles cherchent évidemment à protéger leur pactole le plus longtemps possible.

En Europe, la guerre en Ukraine a rappelé brutalement l’impératif…

Earlier this month, the Alberta government launched a NAFTA investment arbitration suit against the United States, seeking $1.3-billion as compensation for President Joe Biden’s cancellation of the Keystone XL pipeline. TC Energy, the company behind KXL, has filed its own NAFTA case, but Alberta is now seeking compensation for the province’s investment in the pipeline.

The case is groundbreaking because for the first time it involves one government – albeit a provincial one – suing another government under the North American free-trade agreement investment provisions. This has implications for other investment disputes around the world.

When the Canada-U.S.-Mexico agreement replaced NAFTA on July 1, 2020, it phased out the…

The recent terrible B.C. floods have confirmed how unprepared we are for climate change and severe weather events. The extensive damage in British Columbia has been in the spotlight; a similar event in another province would have many of the same disastrous consequences. The federal and B.C. governments announced this week they will spend $228-million to help affected farmers and their communities return to normal production activity.

What can be done to help protect the value of physical assets from climate risk – specifically housing and commercial buildings? More universal access to flood insurance is the most obvious risk-management tool, along with significant investment in public infrastructure to build resilience. However…

Alors que les gouvernements craignent de taxer davantage le carbone pour en décourager l’usage dans l’économie, le marché du pétrole en augmente brutalement le prix, se fichant éperdument de la colère des électeurs.

Nous nageons en plein paradoxe. Depuis longtemps, les économistes s’époumonent à demander aux gouvernements de hausser le prix du carbone, par une taxe ou une bourse, pour favoriser la transition vers les énergies propres, mais les politiques n’osent souvent que des pas timides.

Or, c’est le marché qui fonce présentement. Depuis le creux de la pandémie, le prix nord-américain du pétrole a bondi de 145 %, au-dessus des 80 $ US le baril, et celui du gaz naturel a triplé. Si on remonte à peu avant la pandémie, le…